Écrivez-moi
www.danieldesir.com
Actualité
Accueil  >  Informations sur la technique photo  >  Argentique et numérique
Argentique et numérique - Développer ses photos
Il y a bien une similitude dans le processus de développement de ses photos, qu’elles aient été prises à l’aide d’un support argentique ou numérique. La seule différence concerne les supports et les moyens de développement. Il n’y a aucune raison de mettre les deux méthodes en opposition l’une par rapport à l’autre, il s’agit simplement d’un choix de l’utilisateur.
Argentique
Depuis le début, toutes mes photos argentiques N&B et couleur sont développées, triées, notées, classées et sélectionnées afin d’être tirées sur papier. A ce jour, je conserve toujours les classeurs intégrant l’ensemble de mes négatifs, planches contacts sur lesquels figurent les notations et toutes les informations relatives au développement. Le tirage sur papier multigrade ne se réalisait pas sans corrections. Exposition, contraste, recadrage et masquage(s) étaient le quotidien du photographe afin d’obtenir un tirage parfait : le travail était réalisé selon mon inspiration artistique et non pas dans une chaîne de traitement uniformisé qui donne des résultats identiques.
Numérique
La démarche pour obtenir un tirage parfait selon votre inspiration reste identique à celle de l’argentique. Ce sont les supports et les moyens qui n’ont plus rien de commun. Le procédé de sélection, développement et d’archivages repose entièrement sur l’informatique. Pas d’ordinateur pas de développement. Si le photographe est « allergique » à l’informatique il lui faut renoncer à la photo numérique ou abandonner l’idée de développer lui-même ses photos. C’est une des raisons pour laquelle de nombreux photographes ne tirent plus leurs photos.
Tableau de comparaison
L’informatique repose sur la machine (hardware) et les programmes ou logiciels (software) qui vont vous permettre de traiter vos photos. Le traitement est bien un processus similaire à la photo argentique. Qui dit développement numérique dit fichiers RAW. (voir autre cours)
Argentique
Numérique
Développer le négatif (faire apparaître les images latentes). Prévoir des pochettes cristal pour archiver les négatifs ou les diapositives.
Transférer les fichier RAW sur l’ordinateur dans un répertoire réservé à votre prise de vue (classement par date ou par thème)
Tirer une planche contact (pour voir les photos en miniatures)
Importer vos photos dans une bibliothèque d’images (permet de voir les photos comme sur une planche contact en fonction du logiciel utilisé)
Noter sur la planche contact (avec des étoiles ou des chiffres) le développement et chaque photo pour rechercher les meilleurs à tirer.
Visualiser les photos pour les taguer, les noter, les classer (dans la bibliothèque) et sélectionner les photos à exploiter.
Tirer une photo à l’agrandisseur. Correction des hautes lumières, des ombres, des blancs et des noirs. Exposition, contraste, recadrage et masquage si nécessaire.
Appliquer les modifications de base sur les photos sélectionnées afin de les exporter dans le format de tirage. Correction des hautes lumières, des ombres des blancs et des noirs. Exposition, contraste, recadrage si nécessaire.
Opérations chimiques pour faire apparaître votre photo sur papier. Révélateur, bain d’arrêt, fixateur, rinçage et séchage. Ce qui suppose disposer de l’ensemble du matériel : agrandisseur, cuves, produits chimiques, pinces, sécheuse et cuve thermostatée pour le tirage couleur. Il faut avoir une pièce noire afin de réaliser toutes ces opérations.
Préparer la photo à la définition en rapport avec la taille du tirage souhaitée et l’exporter au format imprimable (jpg). Imprimer la photo sur votre imprimante photo ou l’envoyer à votre laboratoire préféré. NB : il faut avoir une imprimante photo de qualité.
Classeur ou « Book photos » pour ranger et archiver les tirages papiers.
Classeur ou « Book photos » pour ranger et archiver les tirages papiers.
Inconvénients du numérique
En argentique, le matériel est plus conséquent néanmoins le coût n’en est pas forcément plus onéreux. Pour moins de 1000€, le photographe pourra obtenir des photos N&B de qualité professionnelle, alors que pour obtenir la même qualité en numérique l’investissement en ordinateur, écran, imprimante et logiciels sera vraiment beaucoup plus élevé. J’insiste sur le fait de comparer ce qui est comparable à savoir « la même qualité ». Voici une liste approximative de l’investissement à prévoir :
  • Un ordinateur avec une carte graphique dédiée à la photo, un disque dur de bonne taille afin de stocker un nombre important de photos et un microprocesseur capable de faire tourner les applications photos : l’investissement sera aux environs de 1200€ minimum. Compter entre 2000€ à 3000€ pour une utilisation professionnelle ;
  • Le coût pour les applications et logiciels est plus difficile à chiffrer. La configuration professionnelle, Lightroom et Photoshop « Creative Cloud pour la Photo (20 Go) 11,99 € par mois. Avec « DxO PhotoLab 3 » 199€ la version Elite ;
  • Le matériel de sauvegarde (sans compter les logiciels de sauvegardes) disque dur 2 To minimum 130€+/- (4To c’est mieux). Les sauvegardes sur disque dur ne sont pas éternelles. Le risque de panne est permanent ;
  • Un écran pour la photo 200 € (premiers prix) mais entre 1000€ et 3000€ voire davantage pour une qualité professionnelle  et sans compter les accessoires comme la sonde pour calibrer l’écran 150€ ± ;
  • L’imprimante A3+ pour la photo avec des encres pigmentées entre 350€, voire plus de 1000€. Les encres pigmentées offrent une garantie de conservation similaire au papier argentique.
Des logiciels gratuits (Open source : Gimp, Darktable...) permettent de réduire le coût. Cependant il est difficile de monter soit même son PC sous Linux avec des composants de qualités à un prix modique.
Inconvénients de l’argentique
Le développement en argentique demande de la persévérance. Les produits tels que le révélateur, le fixateur et le bain d’arrêt ne sont vendus que sur Internet ou par de rares commerçants spécialisés.
Deux types de matériels sont nécessaires : celui pour développer des négatifs et positifs (diapositives) et celui destiné au tirage des photos.
Le noir & blanc
La liste du matériel pour le N&B :
  • Agrandisseur, objectif(s), compte fils, minuteur, margeur et accessoirement un densitomètre ;
  • Cuve(s) pour développer les films N&B 24x36 et plus ;
  • Nombreuses cuvettes (plusieurs tailles en fonction des formats) pour tirer les photos ;
  • Éprouvettes, minuteur, thermomètre, pinces et sécheuse...
  • voir... Le matériel
Il est important d’avoir une pièce bien ventilée consacrée à cet usage : il est néfaste pour la santé d’utiliser régulièrement des produits chimiques dans une chambre.
La couleur
Voici une liste approximative du matériel supplémentaire dont il faut disposer pour développer et tirer ses photos en couleur :
  • les mêmes accessoires que pour le N&B ( compte fils minuteur, margeur…) ;
  • Agrandisseur couleur ;
  • colorimètre ;
  • cuve thermostatée ;
  • un éclairage lumière de jour avec des filtres pour le contrôle des couleurs ;
  • etc...
Conclusion
Développer ses films et tirer ses photos reste un choix qui n’est pas à la portée de tous les photographes que ce soit en argentique ou en numérique. C’est une démarche lourde financièrement et en temps. Mais si vous êtes vraiment passionné pour vous lancer dans la maîtrise de tout ou partie du processus photographique, l’enjeu en vaut vraiment la peine…
La photo numérique est devenue le standard. Afin de maîtriser le développement en photo numérique, le photographe devra se former à l’outil informatique tout comme il a été dans l’obligation de se former à la chimie et aux règles de l’électricité afin de sécuriser son laboratoire.
Contact